Bilans de masse

Par gohs — Dernière modification 12/10/2012 14:48

Variations de l'épaisseur de neige & Evapotranspiration des grands bassins fluviaux

Epaisseur de neige

La méthode d'inversion développée par G. Ramillien permet de séparer, à partir des données GRACE, les contributions de l'eau liquide et de la neige. La figure 1 présente la carte de l'amplitude saisonnière de l'épaisseur du manteau neigeux estimée à partir de GRACE (Frappart et al., 2005).
A la fois la localisation des maxima et leur amplitude sont en bon accord avec les résultats des modèles globaux de surface (WGHM/GFZ, LaD/GFDL-Princeton, GLDAS/NASA, ORCHIDEE / IPSL).

 

 

Gravimétrie spatiale c2-fig1

 

Figure 1 : Carte de l'amplitude saisonnière de l'épaisseur du manteau neigeux (en mm d'eau) d'après GRACE

Evapotranspiration à l'échelle des bassins hydrographiques

Une autre application de GRACE concerne la détermination de l'évapotranspiration (ET) moyenne sur plusieurs grands bassins fluviaux. L'estimation de l'évapotranspiration est basée sur la résolution de l'équation de bilan de masse d'eau: dW/dt=P-ET-R, où apparaissent les termes P (précipitations observées), R (ruissellement fourni soit par des mesures in situ soit par des sorties de modèles globaux de surface), dW/dt (la dérivée temporelle de la quantité de masse d'eau, directement évaluée à partir des solutions GRACE) et ET (taux d'évapotranspiration que l'on cherche). Les résultats de GRACE montrent que dans les bassins équatoriaux (Amazone, Congo), l'évapotranspiration est quasi constante au cours de l'année. Ce qui n'est pas le cas pour les bassins situés dans la zone tropicale ou dans les latitudes moyenne, où le cycle annuel est bien marqué (Ramillien et al, 2006b).

Actions sur le document

logo cnes logo IRD Logo université de Toulouse Logo université Paul Sabatier Logo CNRS
Logo bibliothèque OBS Logo Observatoire Midi Pyrénées