Vous êtes ici : Accueil / Evénements / Séminaires / Séminaire Septembre 2012 - Aout 2013 / Lundi 18 Février - Apport de l’altimétrie pour l’étude de la dynamique en zone de transition côte-large

Lundi 18 Février - Apport de l’altimétrie pour l’étude de la dynamique en zone de transition côte-large

Par semsou — Dernière modification 30/05/2013 13:56
Quand ? Le 18/02/2013,
de 11:00 à 12:00
Où ? Salle Coriolis
S'adresser à
Participants Jérôme Bouffard, MIO, Marseille
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

 

Dr. Jérôme Bouffard, Mediterranean Institute of Oceanography

 

 

Apport de l’altimétrie pour l’étude de la dynamique en zone de transition côte-large

 

 

Resumé: Les courants de pente s’écoulant en bordure des plateaux continentaux développent régulièrement des instabilités à l’origine de structures physiques complexes (tourbillons, jets côtiers, filaments) qui jouent un rôle déterminant dans la dispersion/rétention de polluants, d'espèces planctoniques, de larves, et plus généralement dans les échanges de matière et d'énergie aux interfaces côte-large. Compte tenu de leurs échelles spatiales (1 km-50 km) et temporelles (quelques jours à quelques semaines), l'importance de leur contribution à la circulation côtière n'est que partiellement comprise. Les progrès récents en altimétrie satellite (cf. X-TRACK, PISTACH), le développement de nouvelles approches lagrangiennes ainsi que la mise en place de programmes d’observations pérennes du milieu marin (cf. MOOSE, SOCIB, COSYNA et POSEIDON en Europe), ouvrent de nouvelles perspectives permettant d’aborder les problématiques clefs rencontrées dans les zones de transitions côte-large. Des développements précurseurs ont permis d’améliorer significativement la qualité et la résolution des mesures altimétriques aux abords des plateaux continentaux. L’exploitation de ces données nouvelles utilisées en synergie avec la modélisation numérique et des observations in situ a déjà permis de caractériser la variabilité de processus physiques de fine échelle et/ou ayant une faible signature de surface (tourbillons côtier, variabilité de courants de pente et intrusions sur plateau, formations d'eaux profondes). Au cours de la prochaine décennie, de nouveaux instruments spatiaux donneront accès à une mesure de hauteur de mer ayant une résolution accrue (cf. missions SWOT, Sentinel). Ces données permettront une meilleure compréhension et quantification des transferts d’énergie et de matière mettant en jeu la dynamique de transition côte-large, en particulier les processus ayant une extension horizontale de quelques km à quelques dizaines de km. En attendant, l’exploitation scientifique de l'altimétrie en zone côtière a donc vocation à se développer et devrait jouer un primordial dans la mise en place d’outils de gestion intégré des environnements marins côtiers. Cet exposé se focalisera particulièrement sur les progrès significatifs accomplis au cours de ces 5 dernières années et présentera, brièvement, les perspectives de recherches et d’applications pluridisciplinaires ouvertes à plus long terme.

Actions sur le document

logo cnes logo IRD Logo université de Toulouse Logo université Paul Sabatier Logo CNRS
Logo bibliothèque OBS Logo Observatoire Midi Pyrénées