You are here: Home / Events / Campagnes en Mer / AMOP 2014

AMOP 2014

by COM last modified Feb 10, 2016 02:55 PM
Contributors: C. Maes, M. Herrmann

Suivez le flux de nos activités rss-logo

Présentation de la campagne

Les Zones de Minimum d’Oxygène (OMZs), en tant que couches suboxiques, sont connues pour jouer un rôle-clé sur l’évolution du climat et des écosystèmes et ressources halieutiques. En réponse aux changements climatiques et environnementaux, les OMZs se contracteraient en périodes froides et s’étendraient en périodes chaudes. Malgré leur importance et la problématique préoccupante de la désoxygénation de l’océan due au réchauffement global et aux activités humaines, les OMZs ont été jusqu’à présent peu étudiées et observées. Les modèles actuels présentent des biais importants concernant la distribution en O2 tant verticale qu’horizontale des OMZs. En particulier, l’origine de l’existence des OMZs, ainsi que leur variabilité dans une gamme très large d’échelles spatio-temporelles et leur interaction avec le climat global, restent des questions ouvertes.

Au cœur du projet scientifique AMOP, la campagne en mer à bord du navire océanographie l’Atalante de la flotte française  se déroulera au large du Pérou du 26 janvier au 22 février 2014. Elle se focalisera sur 9 stations fixes de 54 heures, réparties sur 3 radiales au Nord (7°S), Centre (12°S) et Sud (14°S), couvrant 3 conditions topographiques distinctes (plateau, talus, océan ouvert) associées à l’OMZ. L’équipe de la campagne est constituée de 30 scientifiques avec une forte contribution internationale comprenant des péruviens des instituts de l’IMARPE et de l’IGP, des mexicains du CICESE et de l’Université Autonome des Sciences Marines de Basse Californie, et des danois de l’Université d’Aarhus, et la participation de plusieurs unités de recherche françaises (LEGOS, OMP, MIO, LOMIC, LEMAR) et le soutien des unités techniques de l’IRD et du CNRS (US IMAGO et DT-INSU). En savoir plus sur les objectifs de la campagne AMOP  et en savoir plus sur le projet AMOP 

 

Journal de bord de la campagne


Jeudi 30/01/2014 : Une campagne océanographique, c’est collecter des mesures in situ !

AMOP-300114-1A l’ère des nombreuses missions satellites d’observation de la Terre, aller en mer pour mesurer des paramètres de l’état des océans peut apparaître comme une activité de moindre importance. Cependant, tout en se rappelant que les signaux émanant des satellites sont principalement réfléchis par la surface de la mer, il existe une raison plus fondamentale qui a été résumée ainsi dans le traité d’océanographie physique de Jules Rouch, et qui attire l’attention du lecteur sur le fait que « l’océanographie physique, on ne saurait trop insister, est une science expérimentale. C’est l’expérience, la mesure, la mesure in situ, en plein océan, qui doit dire le premier mot, et aussi le dernier. Toute théorie qui n’est pas basée sur l’expérience, ou confirmée par elle, n’est qu’un exercice de l’esprit, sans portée réelle. Gardons nous de faire de l’océanographie sans explorer la mer… »... Lire la suite

 

Mardi 04/02 : La composante atmosphérique de la campagne AMOP

Ballon atmosphériqueLa région d'upwelling du Pérou est sans doute l'une des zones océaniques les moins bien documentées au monde du point de vue de la circulation atmosphérique. De plus, les modèles de climat et de météo sont défaillants pour cette région et les données satellites y ont des limitations importantes, en particulier près des côtes (absence de données de vents de surface dans la frange côtière de 50 km). La campagne AMOP s'appuie sur des mesures atmosphériques de diverses sources afin de disposer d'une description complète des conditions physiques environnementales... Lire la suite

 

Mercredi 19/02 : Respiration ou apnée: explorer l’énigme des zones de minimum d’oxygène

AMOP_filet_planctonAMOP est un projet multidisciplinaire international qui vise à comprendre comment fonctionnent les Zones de Minimum d’Oxygène (ZMOs), ces couches océaniques en profondeur dépourvues d’O2 , un composé tout aussi important pour la vie marine que pour la plupart des êtres vivants à la surface de la planète. Comment l’océan respire-t-il ? Telle est question au cœur de la problématique scientifique d’AMOP. Alors que la pénurie en oxygène des ZMOs suggère une forte consommation d’O2, l’état actuel des connaissances ne permet pas encore de savoir si tout l’oxygène apporté par les courants ou produit par photosynthèse est consommé sur place et si les ZMOs constitueraient alors les principales zones où l’océan perd de l’oxygène. Il est aussi possible que les ZMOs soient des zones de l’océan sans consommation d’O2, c'est-à-dire où l’océan ne respirerait plus. Les organismes spécifiques qui s’y refugient seraient alors des champions de l’apnée (1) comme les méduses et les calamars géants, ou alors des bactéries capables de respirer des nitrates ou des sulfates, autres composés capables de remplacer l’oxygène pour ces organismes.... Lire la suite

 


Contacts : ,

 

 

Rapport de campagne

 

 

Lien vers AMOP - GENERAL STRATEGY

Document Actions

logo cnes logo IRD Logo université de Toulouse Logo université Paul Sabatier Logo CNRS
Logo bibliothèque OBS Logo Observatoire Midi Pyrénées