Skip to content. | Skip to navigation

Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales

Personal tools

This is SunRain Plone Theme

Navigation

You are here: Home / Events / Seminars / Seminaires Septembre 2019-Août 2020 / Mardi 17 Mars - Les effets de l’amplification arctique sur les flux de particules et la circulation dans l’Océan Arctique moderne au travers de traceurs géochimiques et numériques

Mardi 17 Mars - Les effets de l’amplification arctique sur les flux de particules et la circulation dans l’Océan Arctique moderne au travers de traceurs géochimiques et numériques

by SEMSOU last modified Mar 11, 2020 05:37 PM
When Mar 17, 2020
from 11:00 AM to 12:00 PM
Where salle Lyot
Add event to calendar vCal
iCal

 


Mélanie Grenier


Titre: Les effets de l’amplification arctique sur les flux de particules et la circulation dans l’Océan Arctique moderne au travers de traceurs géochimiques et numériques


Résumé: Les apports continentaux à l’océan fournissent l’essentiel des éléments nutritifs nécessaires à la réalisation de la photosynthèse, et modulent ainsi l’efficacité de la pompe biologique océanique de carbone.Sous l’effet du changement climatique, ces apports sont amenés à évoluer et modifier la chimie et l’activité biologique marines. Notamment dans les zones arctiques, sujettes à une accélération de l’érosion côtière et où le retrait progressif de la banquise permet une meilleure pénétration de la lumière,stimulant ainsi la photosynthèse. Mélanie Grenier vous présentera les traceurs géochimiques (230Th, 231Pa et εNd) et numériques (traceurs lagrangiens) auxquels elle s’est formée depuis son doctorat pour caractériser, dans le contexte de l’amplification arctique, la variabilité du flux de particules et la circulation dans le bassin Amérindien de l’Océan Arctique. Elle détaillera les résultats qu’elle a obtenu de la comparaison de ses données (2007, 2009, 2011, 2015) à celles de données pré-2000s (Grenier et al., JGR, 2019), ainsi que les résultats de modélisation associés (Yu et al., JGR, 2020). Elle terminera par une présentation du projet de recherche auquel ses études l’ont menée, qu’elle propose au travers de candidatures CR CNRS et ERC starting grant à Toulouse. Son projet s’appuie sur un laboratoire naturel des changements arctiques, la région de l’Archipel Arctique Canadien. Il combine analyses lagrangiennes et géochimiques–dont le développement de traceurs d’échanges continent-océan et glace-océan, 9Be,10Beet 7Be–afin de mieux caractériser le devenir de la pompe de carbone biologique arctique sous les effets de l’érosion du pergélisol et du retrait de la banquise.


Document Actions

Navigation