Aller au contenu. | Aller à la navigation

Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales

Outils personnels

This is SunRain Plone Theme

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Séminaires / Seminaires Septembre 2017-Aout 2018 / Jeudi 8 février - ENSO et la catastrophe écologique de l'île de Pâques

Jeudi 8 février - ENSO et la catastrophe écologique de l'île de Pâques

Par SEMSOU Dernière modification 17/01/2018 09:15
Quand ? Le 08/02/2018,
de 11:00 à 12:00
Où ? salle Coriolis
Participants Thierry Delcroix, LEGOS
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

 

Thierry Delcroix

LEGOS

 

Titre: ENSO et la catastrophe écologique de l'île de Pâques

 

Résumé: L’île de Pâques est une île chilienne située dans le sud-est de l’Océan Pacifique par 27°S et 109°W. Elle est particulièrement connue du grand public pour ses statues de pierre monumentales, les moai, emblème de l’île, dont la construction et la symbolique continuent à alimenter nombre d’hypothèses. L’île est également connue pour d’autres ‘énigmes’ scientifiques dont l’origine et la chronologie d’installation des premiers habitants, la quasi-disparition de l’ancienne civilisation Rapa Nui et l’extinction massive de la flore à partir du XVIIème siècle. Une des hypothèses fréquemment avancée quant à cette extinction, parfois qualifiée de ‘catastrophe écologique’, fait état d’une surexploitation des ressources naturelles par les habitants, à valeur d’exemple de ce qu’il ne faut pas faire. D’autres hypothèses ont invoqué des causes climatiques, notamment l’influence du petit âge glaciaire, du minimum d’insolation de Maunder et, dans une moindre mesure, du phénomène El Niño Oscillation Australe (ENSO). C’est à cette dernière hypothèse, ENSO, que nous nous intéresserons dans cet exposé. Nous tenterons de démontrer, à travers l’analyse combinée d’observations climatiques instrumentales, d’indicateurs paléo-climatiques et de simulations numériques du dernier millénaire que les anomalies climatiques associées à ENSO auraient probablement pu, à elles seules, engendrer des déficits pluviométriques et hydriques conséquents, à même de contribuer aux changements importants de la flore de l’île. Nous en conclurons que facteurs anthropiques et climatiques (naturels) doivent donc impérativement être analysés de concert pour parfaire notre compréhension de cette ‘catastrophe écologique’.

Actions sur le document