Aller au contenu. | Aller à la navigation

Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales

Outils personnels

This is SunRain Plone Theme

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Séminaires / Seminaires Septembre 2017-Aout 2018 / Jeudi 30 novembre - C. Tchamabi - Connectivité physico-biogéochimique des îles, Atlantique tropical

Jeudi 30 novembre - C. Tchamabi - Connectivité physico-biogéochimique des îles, Atlantique tropical

Par SEMSOU Dernière modification 06/11/2017 14:27
Quand ? Le 30/11/2017,
de 11:00 à 12:00
Où ? Salle Jules Verne
Participants Christine Carine Tchamabi, post-doctorante, LEGOS
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

 

Carine Tchamabi,

Post-doctorante, LEGOS

 

Titre : Simulations numériques et connectivité physico-biogéochimique des systèmes insulaires Noronha-Rocas dans l’Atlantique tropical

 

Résumé :

L’influence de la présence de l’archipel de Fernando de Noronha (FN, 3°51'S-32°25'W) et d’Atoll das Rocas (AR, 3°52'S-33º49'W) sur la structure physico-biogéochimique dans l’Atlantique tropical a été étudiée en utilisant des données in-situ, satellites et des techniques de modélisation numérique. Initialement, pour examiner les effets de la présence de ces îles sur la circulation et la structure thermohaline, nous avons employé le modèle hydrodynamique Regional Ocean Modeling System (ROMS) avec une haute résolution horizontale () pour simuler deux scénarios climatologiques distincts; avec la présence de FN et AR (Scenario I) et avec «l’enlèvement artificiel des deux îles» (Scénario NI). Les résultats de la simulation du Scénario I, validés avec les données d’observations, indiquent que les instabilités générées par la perturbation du flux par les obstacles (îles) provoquent un développement de tourbillons en aval de FN et AR. Ces structures de meso-échelle ont une influence sur les propriétés thermodynamiques des eaux autour de ces îles en favorisant un mélange vertical à la base de la couche de mélange qui se traduirait par un refroidissement de subsurface, particulièrement pendant la période de renforcement de la branche centrale du courant équatorial sud (cSEC). En accord avec les observations, les sorties du modèle biogéochimique (ROMS – PISCES, Pelagic Interactions Scheme for Carbon and Ecosystem Studies) montrent une nette amélioration de la concentration de la chlorophylle en aval de FN et AR. Ces résultats montrent également une augmentation de la concentration en nutriments; ce qui confirme l’importance de ces processus physiques. Comparés à l’expérience artificielle (Scénario NI), les résultats du Scénario I montrent que ces îles ont également une influence sur les paramètres du système de carbone. Les résultats du modèle (champ de vitesse) ROMS ont été aussi utilisés pour l’application du modèle individu-centré (ICHTHYOP) afin de simuler le transport de l’ichthyoplancton Dog Snapper (Lutjanus jocu), relâchés à FN. Nous avons évalué le pourcentage de rétention de larves à FN et recrutement à AR pour différentes simulations considérées. Le modèle confirme une connectivité larvaire entre ces deux îles.

 

Mots-clés : Simulation numérique, archipel de Fernando de Noronha, Atoll das Rocas, Atlantique tropical, courant équatorial sud ‘‘central’’

 

 

Actions sur le document