Aller au contenu. | Aller à la navigation

Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales

Outils personnels

This is SunRain Plone Theme

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Campagnes d'Observations / Pirata FR27 2017 / Lundi 27 mars

Lundi 27 mars

Par COM Dernière modification 28/03/2017 17:15

 

Les mystères du point 0°-0° !

 

Ce point de croisement à l‘origine des parallèles (latitudes) et des méridiens (longitudes) a souvent suscité des questions originales, voire des inquiétudes.
Pour la petite histoire, voici 2 sites amusants sur l’origine des coordonnées géographiques :

https://blogs.loc.gov/maps/2016/04/the-geographical-oddity-of-null-island/
https://www.youtube.com/watch?v=bjvIpI-1w84

Pendant nos campagnes PIRATA, il est un fait que depuis 2 ans cette position nous joue quelques tours…

-       En 2015, nous avons eu la surprise de découvrir que la bouée avait servi de mémorial improvisé (documents, décoration militaire…), en l’honneur d’une jeune militaire allemande, du fait de son positionnement à 0°N/0°W. Nous y avons aussi essuyé un échec lors du déploiement d’un mouillage courantométrique, suite à la rupture d’une terminaison de câble.

-       En 2016, le même mouillage courantométrique a failli ne jamais être déployé : revenu en surface quelques instants après son déploiement, nous avons constaté que des mailles de chaîne défectueuses s’étaient ouvertes, et avons eu la chance de pouvoir récupérer l’ensemble des éléments du mouillage (les deux largueurs acoustiques tenaient en suspension par une maille entrouverte…). Nous avons quand même pu le déployer avec succès lors de la seconde tentative.

 

En cette année 2017, nous espérions que l’« esprit maléfique du point 0-0 » ne nous frappe pas de nouveau … et pourtant, les surprises ont encore été au rendez-vous !

1)      Le câble de la bouée météo-océanique que nous avons relevé avait fait un nœud vers 700m de profondeur et l’extrémité du 1er câble était sectionné (voir photo). La ligne ne tenait donc que par ce nœud, qui a dû se serrer, et resté bloqué au niveau des manilles qui relient deux câbles à 700m, lors du déploiement en 2016 et de la mise à l’eau du lest … c’est vraiment un heureux hasard que cela ait pu se produire et rester ainsi pendant un an ! Mais c’est ainsi, et nous avons pu récupérer sans problème l’ensemble du mouillage !

2)      Une fois la nouvelle bouée déployée, celle-ci s’est positionnée à peu près à l’endroit voulu (appelé Point Cible). En repartant de la zone pour continuer nos travaux plus au nord, la position est de nouveau vérifiée au radar, suggérant que la bouée aurait dérivé vers l’Est… Nous demandons à nos collègues aux USA (PMEL/NOAA à Seattle où sont réceptionnées les données via Argos) de nous envoyer les dernières positions, qu’ils nous envoient dans la nuit. Cela confirme la dérive… Nous devons donc interrompre nos travaux et revenons sur zone avec la crainte que le mouillage ait cassé et de devoir tout recommencer ! De fait, la bouée avait bien dérivé, de plus d’un mile nautique vers l’Est (entraînée par un fort courant portant vers l’Est situé vers 50-100m de profondeur à l’équateur : le Sous Courant Equatorial), mais heureusement a fini par bien se stabiliser. Cette situation assez curieuse était déjà arrivée en 2016 à 10°W-0°N. En toute logique, un mouillage se positionne entre l’endroit où il a été mis à l’eau et celui où nous mettons le lest à l’eau (voir schéma). Ici, la bouée s’est positionnée loin à l’est du point prévu. Nous cherchons toujours à comprendre ce qui peut se passer exactement ! (les lests ont été changés en 2016, mais un lest de 2 tonnes peut-il être ainsi tracté par une bouée en surface ?). Quelqu’un aurait-il une solution à proposer ? A suivre…

Actions sur le document