Aller au contenu. | Aller à la navigation

Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales

Outils personnels

This is SunRain Plone Theme

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Actualités Scientifiques / LE CYCLE CACHE DE L'OXYGENE AU SEIN DES ZONES DE MINIMUM D'OXYGENE (OMZ)

LE CYCLE CACHE DE L'OXYGENE AU SEIN DES ZONES DE MINIMUM D'OXYGENE (OMZ)

Par COM Dernière modification 23/08/2017 22:25
Aout 2017. Situées entre quelques dizaines et 1000 m de profondeur dans l’océan Indien Nord et le Pacifique Est, les OMZ (Oxygen Minimum Zone) représentent 7 % du volume océanique total. Des campagnes d'observation réalisées par des chercheurs du LEGOS et du MIO, dont les résultats sont publiés dans PNAS, ont permis d'observer pour la première fois la production d'oxygène a été observée pour la première fois dans les OMZ.

 

Dans de larges régions des océans tropicaux appauvries en oxygène (les Zones de minimum d’oxygène ou OMZ), une variation, même faible, de la concentration en oxygène induit d’importants changements de la diversité microbienne et des cycles biogéochimiques. Dans le cade du projet AMOP (Activités de recherche dédiées au minimum d'oxygène dans le Pacifique), une équipe internationale comprenant des chercheurs français du Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales (LEGOS/OMP, UPS / CNRS / CNES / IRD) et de l’Institut méditerranéen d’océanographie (MIO/PYTHÉAS, CNRS / Université de Toulon / IRD / AMU) a montré pour la première fois, à partir de campagnes dans le Pacifique oriental (Pérou, Mexique), que de l’oxygène était produit à quelques dizaines de mètres sous la surface sans être néanmoins directement observable. En effet, cette production d’oxygène ne s’accumule pas, car elle active des processus microbiens qui la consomment aussitôt.

Voir toute l'actualité sur le site de l'INSU.

Contact : , LEGOS

Référence : Garcia-Robledo, E., Padilla, C.C., Aldunate, M., Stewart, F.J., Ulloa, O., Paulmier, A., Gregori, G., and N.P. Revbesch, Cryptic oxygen cycling in anoxic marine zones. 2017, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United of America (PNAS). doi: 10.1073/pnas.1619844114.

Actions sur le document