Aller au contenu. | Aller à la navigation

Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales

Outils personnels

This is SunRain Plone Theme

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Actualités Scientifiques

Actualités Scientifiques

UNE BASE DE DONNEES GLOBALE ET HAUTE RESOLUTION SUR L EVOLUTION DES ZONES HUMIDES ET INONDEES

Par COM Dernière modification 20/04/2017 09:42
Avril 2017 - La première base de données permettant d’établir la cartographie, à une grande résolution spatiale, de toutes les zones humides de notre planète et de leur évolution entre 1993 et 2007 vient d’être construite à partir d’un large ensemble de données satellitaires et d’algorithmes "big data". Appelée GIEMS-D3, cette base de données est le fruit d’une collaboration internationale menée principalement par des chercheurs du Laboratoire d'étude du rayonnement et de la matière en astrophysique et atmosphères (LERMA) et du Laboratoire d'études en géophysique et océanographie spatiales (LEGOS) et de la start-up Estellus. Elle devrait contribuer à l’amélioration de notre compréhension de l’hydrologie continentale.
UNE BASE DE DONNEES GLOBALE ET HAUTE RESOLUTION SUR L EVOLUTION DES ZONES HUMIDES ET INONDEES

Probabilite d'inondation de MODIS dans le Mekong (Vietnam)

Bien que représentant moins de 5 % des surfaces continentales, les zones humides permanentes ou temporaires (lacs, cours d’eau, estuaires, deltas, marais, lagunes, marécages, tourbières, etc.) sont importantes pour de multiples raisons : elles conditionnent les cycles biogéochimiques de zones écologiquement sensibles ; elles sont une composante majeure du cycle de l’eau et jouent donc un rôle important dans la variabilité du climat ; elles sont à l’origine de plus d’un tiers du méthane atmosphérique, un gaz à effet de serre 20 fois plus puissant que le dioxyde de carbone et qui contribue aux changements climatiques. Dans ces zones, l’eau est le principal facteur contrôlant le milieu naturel ainsi que la vie animale et végétale.
Mieux comprendre le fonctionnement des zones humides, leur variabilité spatiale et leur dynamique temporelle est indispensable, car elles sont un forçage essentiel pour les modèles climatiques qui permettent d’appréhender l’évolution du climat dans les décennies à venir, de mesurer son impact sur le cycle hydrologique continental et ainsi d’élaborer des recommandations en matière de gestion des ressources en eau. Cependant, caractériser leur distribution et quantifier leurs variations saisonnières et interannuelles sur toute la Terre, des tropiques aux hautes latitudes, est un réel défi tant ces zones sont diverses.

En exploitant la synergie d’un très grand nombre d'observations satellitaires issues de différents instruments utilisant des fréquences diverses du rayonnement électromagnétique (visible, infrarouge, micro-ondes passives et actives), une équipe internationale comprenant des chercheurs du LERMA et du LEGOS est parvenue à élaborer GIEMS-D3, la première base de données à haute résolution spatiale (90 m) permettant de cartographier, à l'échelle du globe, les zones humides et leur dynamique temporelle entre 1993 et 2007.
Pour réaliser ces restitutions satellitaires, les chercheurs ont dû utiliser des méthodes complexes de "big data" telles que les réseaux de neurones artificiels, les techniques de classification et les régressions statistiques non linéaires. Ils ont en outre dû développer une méthode de changement d’échelle (de désagrégation) avec laquelle ils ont pu passer d’une résolution spatiale de 25 km à une haute résolution spatiale de 90 m, compatible avec les études régionales.

papa-2017Une comparaison avec d’autres observations satellitaires, notamment dans le visible (instruments MODIS ou LANDSAT) a permis de démontrer les qualités de GIEMS-D3 :

- elle permet de détecter la présence d’eau même sous un couvert végétal dense ;
- elle est bien moins sensible à la présence de nuages que les observations dans le visible, ce qui lui permet de décrire la saisonnalité des zones humides même pendant la saison des pluies ;

papa-2017-2Ce nouvel outil devrait être très utile aux nombreuses communautés qui s’intéressent à l’environnement, l’hydrologie continentale, la météorologie et la climatologie, ainsi qu’aux nombreuses applications socio-économiques dans les domaines de la gestion des ressources en eau, de l’agriculture ou de l’écologie. Il devrait également permettre à la communauté scientifique de mieux se préparer à l’arrivée des données du futur satellite SWOT(2) qui vont révolutionner l’hydrologie continentale.

Référence : Aires F., L. Miolane, C. Prigent, B. Pham-Duc, E. Fluet-Chouinard, B. Lehner and F. Papa (2017), A Global dynamic and long-term inundation extent dataset at high spatial resolution derived through downscaling of satellite observations, J. Hydrometeor., Volume 18, No. 4, April 2017.

Contact(s):
        , LERMA/Observatoire de Paris
        , LEGOS/Observatoire Midi-Pyrénées

Actions sur le document

LES PARTICULES CONTINENTALES INFLUENCENT LA COMPOSITION DES EAUX OCEANIQUES PROFONDES

Par COM Dernière modification 20/01/2017 17:20
Janvier 2017 - Une équipe de chercheurs du LEGOS et du GET (Observatoire Midi-Pyrénées) a pu réaliser pour la première fois la mesure des signatures isotopiques du fer le long d'une section nord-sud à travers l'océan Austral. Ces analyses indiquent que la dissolution de matière d'origine continentale domine les sources de cet élément au fond de cet océan. Ces résultats nous permettent de mieux comprendre le cycle des éléments dans l'océan et leur rôle sur le climat.
LES PARTICULES CONTINENTALES INFLUENCENT LA COMPOSITION DES EAUX OCEANIQUES PROFONDES

Navire de recherche Le Marion Dufresne, Institut Polaire Francais (Photo Institut Polaire Francais)

Le fer est un élément nutritif indispensable à la croissance du phytoplancton marin qui consomme le CO2 de l'atmosphère. On estime que la production primaire océanique est limitée dans environ la moitié de l'océan par la trop faible abondance de cet élément dissous dans l’eau de mer ; les algues y sont en quelque sorte anémiques. Cet élément joue donc un rôle clé sur le cycle du carbone et le climat. Cependant, les sources et les processus qui régissent son cycle géochimique dans l'océan sont encore mal connus.

 

 Au cours de la campagne océanographique Bonus-GoodHope, des échantillons ont été prélevés afin de mesurer leur concentration et composition isotopique de fer dissous. Les résultats sont surprenants.

Les concentrations de fer augmentent de manière régulière avec la profondeur, de manière tout à fait typique pour un élément nutritif (FIGURE 2). Il est largement admis que cela s'explique principalement par la dégradation (on parle de reminéralisation) de la matière organique particulaire à mesure qu'elle coule de la surface vers le fond. Jusque-là rien d'étonnant…

En revanche, aux 5 stations de mesure, les isotopes du fer présentent un minimum très net aux profondeurs dites intermédiaires, soit entre environ 200 et 1500 m sous la surface (figure 2). Le contraste entre ces profondeurs intermédiaires et l'océan profond (de 3000 à 5000 m) témoigne que deux processus différents dominent les sources de fer dissous dans l’océan à ces deux niveaux. S'il apparaît que la reminéralisation de la matière organique est effectivement à l'origine des signatures isotopiques légères observées aux niveaux intermédiaires, les chercheurs suggèrent désormais que le processus qui domine dans ces eaux profondes est la dissolution des particules issues de l'érosion continentale. Les compositions isotopiques des eaux profondes (enrichies en isotopes lourds comparées aux eaux intermédiaires) correspondent en effet très bien à la composition isotopique de la croûte continentale, ou encore à celles d'eaux côtières connues pour être enrichies en fer par la dissolution des particules issues de l'érosion continentale.

2017-01_Lacan2

Fig 2. A gauche: Exemple de profils de concentration ([DFe]) et de composition isotopique (d56DFe) obtenus à l'une des 5 stations (les 5 profils ont des allures similaires). A droite: Composition isotopique du fer dissous dans l'eau de mer (exprimés par la variable d56DFe) le long de la section Bonus-GoodHope. Plus les valeurs de d56DFe sont négatives, plus le fer est enrichi (naturellement) en isotopes légers. À l'inverse, plus les valeurs sont élevées plus le fer est enrichi en isotopes lourds.

Cette découverte a des implications au-delà du cycle géochimique du fer puisque ces dissolutions affectent vraisemblablement les cycles d'autres éléments chimiques, et notamment d'autres éléments nutritifs. Inclure dans les modèles d’océan ces processus de dissolution de particules continentales permettra de mieux représenter les cycles des éléments nutritifs et, par conséquent, l'activité de la pompe biologique de CO2 et le climat.

Référence : Abadie C., Lacan F., Radic A., Pradoux C., Poitrasson F. Iron isotopes reveal distinct dissolved iron sources and pathways in the intermediate versus deep Southern Ocean. Proceedings of the National Academy of Sciences, doi/10.1073/pnas.1603107114.

Contact.

Actions sur le document

RECUL RECORD DES GLACIERS AUX KERGUELEN : LA BAISSE DES PRECIPITATIONS MISE EN CAUSE

Par Webmaster Legos Dernière modification 07/12/2016 15:36
Septembre 2016 - Les causes du recul record des glaciers de l’archipel des Kerguelen (49°S, 69°E) au cours des dernières décennies viennent d’être dévoilées par une équipe internationale comprenant des chercheurs de quatre laboratoires français.

Après une période de stabilité, de 1850 à 1960, les glaciers ont en effet connu une forte diminution de leur volume, qui serait essentiellement due à une sécheresse résultant du réchauffement climatique et du trou d’ozone en Antarctique.

Retrouvez la news complète sur le site web de l'INSU

Référence : Favier V. et al.: Atmospheric drying as the main driver of dramatic glacier wastage in the southern Indian Ocean. Sci. Rep. 6, 32396; doi: 10.1038/srep32396, 2016

Contact:  & 

Actions sur le document

UNE NOUVELLE METHODE DE MESURE PAR SATELLITE DE LA HAUTEUR DE NEIGE EN MONTAGNE

Par Webmaster Legos Dernière modification 07/12/2016 15:33
Aout 2016 - La fonte de la neige est une ressource en eau essentielle pour l'irrigation et la production d'hydroélectricité dans de nombreuses régions. Une équipe associant des chercheurs du CESBIO, de GEODE et du LEGOS à la startup GeoFalco a mis au point une nouvelle méthode de mesure par satellite de la hauteur de neige en montagne.

Cette méthode, qui s'appuie sur des images acquises par le système français de satellites Pléiades, a été validée dans les Pyrénées ariégeoises.

Retrouvez la news complète sur le site web de l'INSU

Référence : Marti, R., Gascoin, S., Berthier, E., de Pinel, M., Houet, T., and Laffly, D.: Mapping snow depth in open alpine terrain from stereo satellite imagery, The Cryosphere, 10, 1361-1380, doi:10.5194/tc-10-1361-2016, 2016.

Contact :  & 

Actions sur le document

MESURER LE DESEQUILIBRE ENERGETIQUE DE LA TERRE : UN IMPERATIF POUR LA SURVEILLANCE DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Par Webmaster Legos Dernière modification 19/01/2017 09:58
Février 2016 - Le changement climatique est lié à un déséquilibre énergétique de la planète qui se traduit par une accumulation de chaleur dans le système climatique de la Terre.

Dans une étude récente, une équipe de recherche internationale comprenant des chercheurs du LEGOS (OMP) ont analysé les différentes approches pour mesurer ce déséquilibre énergétique et déterminé la plus prometteuse en termes de précision, approche qu’il conviendrait de favoriser à l’avenir.

Retrouvez la news complète sur le site web de l'INSU

Référence : An imperative to monitor Earth’s energy imbalance, K. von Schuckmann, M. D. Palmer, K. E. Trenberth, A. Cazenave, D. Chambers, N. Champollion, J. Hansen, S. A. Josey, N. Loeb, P.-P. Mathieu, B. Meyssignac and M. Wild, Nature Climate Change, 6, 138–144 (2016) doi:10.1038/nclimate2876.

Contact : 

Actions sur le document

GEOTRACES, CLIQUEZ, C'EST OUVERT !

Par Webmaster Legos Dernière modification 19/01/2017 09:58
Février 2016 - Le programme international GEOTRACES, qui implique plusieurs chercheurs du LEGOS (OMP), publie les motivations et la description de son premier produit intégré de données hydrographiques et de traceurs géochimiques marins.

 Ces données, dont la qualité a été contrôlée, sont disponibles librement en ligne. Avec cette publication, GEOTRACES vise à promouvoir des collaborations au sein de la communauté géochimique marine mais aussi avec les autres communautés : océanographes physiciens ou biologistes, modélisateurs…

Retrouver toute l'actu ici.

Référence Mawji, E., Schlitzer, R., Masferrer-Dodas, E., et al. (2015). The GEOTRACES Intermediate Data Product 2014. Marine Chemistry, 177, 1–8. doi:10.1016/j.marchem.2015.04.005

Contacts Catherine Jeandel et Elena Masferrer

Actions sur le document

ANNEAUX GEANTS SUR LA SURFACE GLACEE DES LACS BAIKAL ET HOVSGOL

Par Webmaster Legos Dernière modification 19/04/2017 08:28
Mai 2016 - Une équipe internationale comprenant des chercheurs du LEGOS vient de découvrir pourquoi des anneaux géants apparaissent certains hivers sur la surface glacée du lac Baïkal en Russie et du lac Hovsgol en Mongolie.

 Ce déconcertant phénomène naturel serait dû à des tourbillons d’eaux chaudes se produisant sous la glace. D’où viennent ces tourbillons ? Voilà un nouveau mystère à éclaircir pour les chercheurs.

Retrouvez la news complète sur le site web de l'INSU

Référence : Kouraev A.V., Zakharova E.A., Rémy F., Kostianoy A.G., Shimaraev M.N., Hall N.M.J., Suknev A.Ya., Giant ice rings on Lakes Baikal and Hovsgol: inventory, associated water structure and potential formation mechanism, Limnology and Oceanography 2016, 61, p. 1001-1014, doi: 10.1002/lno.10268

Contact : 

Actions sur le document